Parce que j’aime les chaussures à la folie.

Voilà que ma cousine me propose d’aller dans un magasin de chaussures. Elle avait envie de renouveler un peu son placard. Et moi ni une, ni deux, je savais que je ne pourrais pas résister.. J’ai essayé, je vous jure que j’ai essayé. Je venais de dépenser déjà plein de sous. Dans quoi ? À votre avis ? Behwi, les vernis. Mais aussi les accessoires de nail art et quelques vêtements aussi parce que c’est les soldes. Quand même ! Et donc je voulais que mes sous restent au chaud dans le porte-monnaie. C’est raté. J’arrive là-bas, je tourne, je zieute tout ça. Je re-tourne aux mêmes endroits. Je re-zieute. Et puis là, j’en peux plus. Pouf, je prends une robe, deux paires de shoes et c’est parti en cabine. Toute contente, j’ai tout pris. Mais cette article, c’est pour vous présenter une des paires que j’aime – ah bon, c’est pas pour raconter ma vie ? – et même que je l’aime d’amouur. ♥

Peut-être que je vous montrerais la robe si j’ai le courage de faire des photos, d’en faire de biens… M’enfin, voilà, voilà, l’élue. C:

Les photos ne rendent pas exactement, exactement la couleur vue en vrai. Mais c’est proche. En vrai, elles sont peut-être un peu plus vives, un peu plus rouges. Elles sont rouges corail, en fait. Moi, je pense que ces chaussures, soit on les adore, soit on les aime pas. Alors dite-moi où est-ce que vous vous placez, vous ? Vous aimez ? ou pas.

Kissous. ~

Publicités

Essai assez désastreux.

Cela m’a assez amusée. Mais le résultat n’était pas là. Je ne voulais pas le faire au scotch parce que la dernière fois que j’avais essayé, ça avait tout détruit donc je me suis lancée dans cela au pinceau.. Et pour couronner le tout, je passe mon top coat et là, vas-y que je te fasse des trainées de rouge parce que c’est pas suffisamment raté. Mais bon, de loin, ça le faisait, je vous assure. Et puis, c’était surtout pour être assortie à ma tenue, une tunique rayée blanche et rouge, bahwi. Je vous mettrai une photo, promis.

Mes doigts sont en sale état, i know. Il faudrait que j’en prenne plus soin, que je les choie i tout i tout mais un peu la flemme.

Et puis le lendemain, j’étais assortie au pyjama de mon neveu. Ses pieds m’ont fait craquer.

C’est pas tout chou, ça ? c:

 

Voilà, voilà. Kissous, belle soirée !

Violette distinction pailletée.

Alow ;

Voilà, voilà. Les premières photos arrivent, je n’ai pas beaucoup de temps à moi, enfin si mais je le passe à lire, une saga qui me fascine, Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire. Et puis je ne suis mais alors pas du tout convaincue, par les photos en elle-même, ce qu’elle comporte et par cette bordure horriblement laide que je n’arrive pas à supprimer… Dur, dur ma vie. Je plaisante. Bon, je vous montre.

Beige distinction de chez Bourjois et Kiko 255.

Et là, je t’entends… Quels putains de reflets ! Mais alors sur les ongles, on voit rien. Je te rassure, j’ai vu ces reflets sur mes ongles. Tenez, une preuve ! On en voit quelques-uns sur la photo qui suit, en cliquant sur la photo pour l’agrandir.

J’aime beaucoup ce vernis de chez Kiko, il est vraiment joli. Mais pour le Beige Distinction, je ne suis pas emportée. Par la couleur, j’entends. Parce que le pinceau.. Mon Dieu, ce que l’aime ! Je l’aime tout fort, il est magique. Habituellement, quand j’entends parler de ces pinceaux panoramiques gnagnagna, je me dis : « ouais, c’est bon, on la connaît, celle-là, ça change rien » Mais là, là ! C’est vraiment vrai, ce pinceau est génial. J’essaierai de le prendre en photo, un de ces quatre.

Bon et puis, ce nail art.. Je l’ai fait au scotch, ça m’a tué ma première couleur, j’étais désespérée. Ça m’avait jamais vraiment tué ma première couche comme ça. Pourtant, je pensais bien avoir attendu assez longtemps. Et du coup, j’ai même pas essayé de rectifier les erreurs. Bref, c’est mal fait, on le sait. 

Bisous, belle journée ! ♥

Méditation.

La lune est apaisante. Tu la vois ? Cette nuit, elle semble souffrir. Comme moi. Elle s’entoure de sombres nuages. Je me sens moins seule. La lune est de bonne compagnie. Plus que pourrait l’être de vrais être humains. C’est comme la musique. C’est une douce compagne. J’aimerais m’endormir près d’un ami. Mais nous sommes seules, ce soir. La lune et moi. C’est pas grave, va. Le sommeil me submerge ; pour une fois, je crois que je vais sombrer rapidement pour rejoindre Morphée. Je n’aurais pas besoin de toi, marchand de sable. De toute façon, tu n’as jamais été là. Comme eux.

©